Commandite des objectifs humanitaires atteints (1 de 3)

argent photo-libre.fr

Photo-libre.fr

Suite au Tweetup pour bâtir la prospérité (TUBP) l’été dernier, notre organisation a planifié puis mis en œuvre des moyens de financer ses réalisations humanitaires. Ce qui est nouveau, c’est la commandite des objectifs atteints.

On propose ainsi aux philanthropes d’effectuer des dons en fonction de l’atteinte des objectifs fixés, tant pour restaurer leur confiance envers le financement humanitaire que pour motiver le mécénat. Devant les résultats concrets, il est aisé de faire valoir l’action humanitaire et ses vertus. La démonstration est le meilleur outil de vente.

Au moment de publier ces lignes, les trois méthodes proposées aux Anges de prospérité sont:

  • Commandite des objectifs atteints par un membre : les philanthropes peuvent décider de faire un don à chaque étape franchie par le membre pour l’encourager à persévérer ou lorsqu’il atteint l’objectif final de sa participation au programme.
  • Commandite d’un programme: les philanthropes peuvent effectuer leur don une fois les objectifs mensuels du programme sont atteints. Par exemple, le nombre de membres de ce programme en particulier ayant atteint leur objectif final ou d’autres résultats quantifiables.
  • Commandite des objectifs de l’organisation : chaque mois, les philanthropes choisissent de donner à l’organisation en fonction d’un ou l’autre objectif quantifiable convenu.

Cette méthode est incitative autant pour les gens qui œuvrent chez nous que pour les âmes philanthropes qui souhaitent que leur contribution soit employée à bon escient. Ça encourage à faire tous les efforts nécessaires pour voir atteindre les objectifs.

Suivez la discussion sur notre forum (Groupe de travail sur l’autonomie), sur Twitter, sur notre groupe Facebook et sur notre groupe LinkedIn. Nous discutons aussi en personne les mardis soirs à la Pizzéria Racine.

Publié dans Commandite des objectifs, Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Nouvelle philanthropie propre et entrepreneuriale

Created with Nokia Smart Cam

Photo: Waska.org 2015

Enfin! Contribuer à bâtir la prospérité pour tous sera honnête, faisable, rentable, efficace et durable! Tout ça, grâce à la nouvelle philanthropie que met en oeuvre l’entreprise d’économie sociale Waska.org depuis le mois de mars dernier.

Contribuer à une cause en donnant de l’argent, c’est un investissement à l’aveuglette dont on ne peut en mesurer l’impact véritable. A-t-on réellement accompli le geste humanitaire qu’on croyait? A-t-on investi seulement dans la cause qui touche son cœur? Entretient-on le problème en le finançant? Va-t-on se sauver avec l’argent qu’on donne? Le temps est venu de restaurer la confiance des philanthropes à l’endroit de la charité. Plus encore, transformer le geste du cœur en entrepreneuriat responsable et humain.

Bâtir la prospérité, c’est outiller les gens pour qu’ils soient actifs socio-économiquement, autonomes et contributeurs de leur essor – et de celui de la société.

Waska.org met à la disposition des individus qui éprouvent de la difficulté à s’intégrer dans le mouvement socio-économique des stages-mentorat motivants, efficaces et – surtout! – dont les résultats positifs sont durables. Tout ça, sans que ça ne coûte un sou aux participants, ni même aux contribuables. L’entreprise d’économie sociale gère ses programmes avec une rigueur entrepreneuriale: tout est organisé pour être rentable et dynamique. Chaque action génère une réaction qui est transformée en mouvement ré-investi dans la poursuite de la mission. Les fonds proviennent de la vente de services et de commandites, selon une méthode inspirée du modèle économique de l’open source. Les philanthropes investissent donc dans l’augmentation des contributeurs à l’essor socio-économique, diminuant ainsi le nombre de bénéficiaires dépendant des fonds de l’État et toute la dépense engendrée par le ralentissement du mouvement de la société. Plus il y a de contributeurs, plus il y a de richesse qui bouillonne.

Dans de nombreux cas, les individus qui n’ont jamais eu ou qui ont perdu leur autonomie socio-économique vivent cette situation parce qu’ils ne maîtrisent pas les techniques et les aptitudes pour prendre leur envol prospère. Le stage-mentorat de Waska.org est un lieu d’immersion dans l’activité sociale et professionnelle saine, où ces individus sont entourés de personnes prospères. Entraînés dans le mouvement d’accomplissement, motivés par la gratification de leur réussite, ils acquièrent les réflexes qui garantissent leur élan durable sur l’autoroute de la consommation.

Le 21 juillet 2016 à 17 h 30, Waska.org vous convie au Café Ma Station pour venir constater de visu ces œuvres destinées autant à votre intention qu’à celles des individus éprouvant des difficultés socio-économiques. Durant cette soirée, nous discuterons de la philanthropie honnête, propre, rentable, efficace et à livres ouverts. Joignez-vous à nous aussi sur Twitter lors du Tweetup pour bâtir la prospérité (#tubp) auquel participent de nombreuses âmes humanitaires dans tout l’Est du Canada.

Publié dans Investir dans la prospérité | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le méchant un pour-cent

mechantunpourcentTrois décennies et un tiers! Trente-trois ans à côtoyer mes pairs humanitaires et à les entendre colporter à leur clientèle les méchancetés du terrible un pour-cent; ce même pour-cent de la population qui contribue en majorité aux fondations, qui paie ses impôts sans remboursement au printemps.

En tant que directeur d’une entreprise d’économie sociale qui, bien entendu, œuvre sans but lucratif, je n’aurais pas la conscience tranquille si j’utilisais l’argent des uns pour leur mettre les autres à dos. Puis, je trouverais audacieux d’aller solliciter d’autres fonds par le chantage émotif.

En 2008, j’ai amené mon organisation à faire partie des entreprises bâtisseuses de prospérité en prenant le virage mentorat: les membres apprennent à bâtir leur prospérité en étant inspirés par ceux qui réussissent. Ils prennent leur élan d’autonomie dans le sillage du succès d’autres bâtisseurs. J’ai amené mon entreprise à côtoyer les âmes entrepreneuriales animées par la passion plutôt que la rage.

Le un pour-cent, ce n’est pas un terme exact. Il y a une bonne tranche de la population qui trime dur pour non seulement garantir leur autonomie au sein de la collectivité mais aussi garantir le bien-être des gens qui les entoure. Incluant les individus qui éprouvent des difficultés et que les organismes d’aide montent contre eux.

Le programme Anges de prospérité a été créé pour procurer aux philanthropes un moyen de bâtir la prospérité en aidant les individus éprouvés à regagner leur dignité, leur autonomie et leur pouvoir dans la société. C’est une façon de contribuer à une œuvre concrète, immédiate, locale et durable. C’est aider des gens qu’on peut rencontrer et apprendre à connaître.

Je crois sincèrement qu’il est plus gentil d’apprécier les gestes d’aide et de collaborer avec les âmes bienveillantes à bâtir la prospérité de tous que d’utiliser leur argent pour mener une guerre sociale à leur endroit. Qu’en pensez-vous?

Publié dans Investir dans la prospérité | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le petit miracle pour aider son enfant à réussir à l’école

P1050306Le service d’assistance à l’apprentissage de l’entreprise d’économie sociale Waska, autonomie et services techniques communautaires accomplit de petits miracles avec votre enfant qui éprouve des difficultés à l’école.

Pendant 105 minutes, un guide-mentor accompagne votre enfant dans une activité de créativité et d’application pratique lui permettant de comprendre aisément la matière qu’il trouve difficile. Cet atelier est une expérience motivante et agréable, et c’est pourquoi c’est si miraculeusement efficace!

On y sollicite simultanément trois «mémoires» solidaires dans l’acquisition des techniques et des aptitudes: émotionnelle, sensorielle et motrice. Ainsi, comme l’enfant participe activement à son apprentissage, il bâtit sa motivation et sa confiance personnelle. Il acquiert son autonomie, renforcée par le constat gratifiant du succès de ses efforts.

Par le bricolage et la mise en pratique des théories, l’apprenti construit sa valeur et son pouvoir. Il se prouve à lui-même qu’il arrive à accomplir, à contribuer à son bien ainsi qu’à celui des autres. Il goûte à la reconnaissance des pairs et aux joies de bâtir la prospérité, autant celle du cœur que celle de la vie socio-économique.

Bien souvent, l’enfant n’a besoin que d’un bon coup de main pour démarrer sa passion et solidifier son assurance. L’atelier d’assistance à l’apprentissage insuffle tout juste ce qu’il faut pour le sortir de sa peine. C’est aussi un baume sur le cœur inquiet d’un parent.

Offrez-vous, à votre enfant et à vous-même, ce cadeau de bonheur durable en vous y inscrivant ici!

Publié dans Investir dans la prospérité | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Investir dans les œuvres humanitaires concrètes

Il y a quelques années, j’ai participé à une soirée web 2.0 à laquelle nous avons contribué à la cause d’une organisation d’aide aux sinistrés du tremblement de terre de Haïti. Plusieurs milliers de dollars recueillis se sont retrouvés dans les poches des organisateurs et pas grand sou dans les actions auprès des gens devant être aidés. Cette aventure a créé un malaise chez les philanthropes d’affaires: chat échaudé craint l’eau froide.

Les donateurs de 2015 veulent savoir où va l’argent, à quoi il sert, etc. et s’attendent à témoigner de la progression de l’œuvre. Ils souhaitent aussi investir dans l’action concrète, menant à des résultats tangibles.

GTAWaska_avatar2015Le groupe de travail sur l’autonomie, œuvrant sous l’égide de l’entreprise d’économie sociale Waska, autonomie et services techniques communautaires, se penche sur des moyens sécuritaires et motivants de contribuer à l’action philanthropiques. Les membres travaillent à concevoir de nouveaux moyens socio-économiquement rentables d’insuffler des ressources aux organismes qui bâtissent la prospérité durable.

La rentabilité humanitaire est une réalité: de nombreux philanthropes ne peuvent se permettre de donner de gros montants bien qu’ils désirent ardemment contribuer à la cause. Ils ne peuvent investir assez de temps en bénévolat pour «faire une différence significative» à leurs yeux. Il faut donc trouver et propager la recette qui leur convient, qui les satisfait. Il faut mettre en œuvre des activités et des façons de contribuer monétairement qui sachent maximiser la valeur du don en termes d’évolution et, surtout, en retour à la communauté incluant ses donateurs.

Le groupe de travail sur l’autonomie discute en ligne:

Qu’en pensez-vous?

Publié dans Investir dans la prospérité | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Investissez dans la charité rentable

Merci à photo-libre.fr pour la superbe photo!

Merci à photo-libre.fr pour la superbe photo!

Les philanthropes du milieu des affaires donnent généreusement, c’est connu. Ils créent, administrent, financent et encouragent des fondations, permettant à de nombreux organismes humanitaires d’aider les individus dans le besoin. Et c’est bien!

Depuis quelques années, on se rend compte que certaines fondations nébuleuses se sont appropriées les fonds qui leur ont été confiés pour mener d’autres missions que celles qu’elles annonçaient. Ou, tout simplement, s’amusent à collecter beaucoup d’argent sans qu’on sache vraiment qui on aide, ni comment, ni où, ni quand.

Une entreprise d’économie sociale de Québec, Waska, autonomie et services techniques communautaires, fait les choses autrement. Il s’agit d’une oeuvre dont les résultats se font sentir rapidement, localement et concrètement. On peut témoigner en temps réel des accomplissements de l’organisation et mesurer leurs effets positifs.

En devenant bénévole au sein du conseil d’administration de Waska.org, on investit sa passion et sa compétence dans des gestes simples et efficaces qui bâtissent concrètement une prospérité durable. C’est énormément plus progressif que de s’attaquer à la pauvreté à la Don Quixote.

Deux heures par mois à œuvrer au sein d’une équipe qui a le pouvoir de changer la pauvreté en prospérité durable, c’est prendre le volant du meilleur véhicule pour bâtir un Québec confortable pour tous. C’est l’occasion parfaite pour satisfaire sa passion d’aider par des moyens pragmatiques, simples et efficaces, et d’en constater les effets sur le champ. C’est améliorer la vie de ses concitoyens (et la sienne par le fait même) ici et maintenant.

L’entreprise aide les individus à bâtir leur prospérité socio-économique et/ou celle de l’entreprise/organisme qu’ils administrent. Par le stage-mentorat et le partenariat-mentorat, les membres acquièrent des techniques et des aptitudes qui leur permettent de générer un revenu autonome, de devenir un pilier de la communauté et d’alléger le fardeau fiscal. Tout ça, sans que ça ne coûte un sou ni au participant, ni au contribuable! C’est la beauté de l’économie sociale.

Venez faire partie de l’équipe qui réussit! Contactez notre sympathique et dévouée présidente, Véronique Cazeault, à v.cazeault@waska.org.

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Investir dans la construction de la prospérité

Merci à photo-libre.fr pour la belle photo!

Merci à photo-libre.fr pour la belle photo!

Le programme Anges de prospérité offre aux philanthropes du milieu des affaires une panoplie de moyens pragmatiques d’investir dans la prospérité de leur secteur.

La prospérité du quartier dans lequel opère une entreprise influe sur son aisance à prospérer. Bien entendu, un coin de ville où les affaires vont bien est un environnement sain pour l’activité socioéconomique. Ainsi, les gens qui y vivent bénéficient d’un pouvoir d’achat et contribuent activement à la richesse collective. L’inverse est aussi vrai.

L’expression «chauffer le dehors» s’applique également à cette situation : l’entreprise est contrainte à payer plus d’impôt pour pallier le ralentissement socioéconomique environnant. Soulignons ici le mot «pallier». C’est appliquer un bandage sur une infection sans vraiment soigner la blessure, au détriment du tissu sain. C’est entretenir la survie en attendant que ça dégénère.

L’entreprise d’économie sociale Waska, autonomie et services techniques communautaires développe et met en oeuvre des moyens concrets, rapides et localisés de bâtir et, dans certains cas, de rénover la prospérité d’un secteur. Elle met l’accent sur la solidité et la durabilité des structures mises en place! C’est ce qui s’appelle «les oeuvres humanitaires rentables». Ainsi, l’entreprise vend des services pour financer l’aide qu’elle prodigue aux individus qui rebâtissent leur prospérité pour participer activement  au succès collectif.

Arrêtons de chauffer le dehors! Créons plus de chaleur socioéconomique en équipe!

Publié dans Investir dans la prospérité | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Investissement humanitaire à haut rendement

Photo: photo-libre.fr

Depuis quelques années, les personnes intéressées à donner aux œuvres humanitaires sont désabusées face aux révélations faites sur des campagnes menées de façon plutôt irrégulière. Elles ont donné dans le vide, dans l’inconnu.

L’entreprise d’économie sociale Waska, autonomie et services techniques communautaires, œuvrant bien entendu sans but lucratif, propose à la population depuis des lustres une autre façon de contribuer à l’effort humanitaire: acheter des services haut de gamme dont l’excédent sur les recettes est consacré à aider les membres des programmes Accès-prospérité et Communauté Québec à bâtir leur prospérité.

Ainsi, par le programme Anges de prospérité, on peut contribuer à une œuvre locale et immédiate, en demeurant au fait des progrès accomplis.

Le programme Accès-prospérité aide les individus à améliorer leur situation socio-économique et professionnelle par des stages-mentorat. Les membres acquièrent ainsi les techniques et les aptitudes pour devenir des piliers solides de la communauté et des participants actifs à l’essor économique. Ils sont outillés pour postuler des emplois mieux rémunérés. Les citoyens aux prises avec la dépendance aux revenus d’État acquièrent l’autonomie grâce à une insertion non subventionnée, assistée par un guide-mentor expérimenté. Les stages-mentorat sont motivants, efficaces et ne coûtent pas un sou au contribuable. La prospérité ainsi bâtie est solide et durable.

Le programme Communauté Québec assiste les organismes à buts non lucratifs, les micro-entreprises et les gens d’affaires autonomes dans la mise en œuvre d’activités génératrices de revenus, de collaboration, d’autonomie opérationnelle et de rentabilité. Une entente de partenariat assure aux participants l’assistance d’un guide-mentor et des services techniques d’appoint pour les outiller à consolider leur prospérité. Le tout, sans un sou de l’État.

Le programme Anges de prospérité offre des services à quiconque désire contribuer économiquement à bâtir la prospérité tout en gardant un œil sur le résultat de son investissement. C’est tellement gratifiant d’aider ses pairs à réussir en d’en constater le bonheur de près!

Publié dans Contribution humanitaire | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire